Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2021 1 05 /07 /juillet /2021 06:36
la "synchronicité", histoires de rencontres
la "synchronicité", histoires de rencontres

Nous devions nous rejoindre avec une amie devant le Carrousel du  Louvre et, comme parfois la "synchronicité" fait partie intégrante de notre vie, après quelques sms sur nos départs et parcours, et notre rendez-vous fixé, je me suis retrouvée devant elle, "par hasard...) dans le même wagon et au même moment .

J’avais attendu deux minutes, deux minutes qui auraient pu nous séparer, mais il n’en fut rien parce que nos deux élans, j’imagine ont été parfaitement synchronisés. Un des clins d'oeil de la vie, quand on retrouve son amie qui vous accueille avec un grand sourire dans un wagon tout à fait banal, mais qui devient, du coup, extraordinaire !...

Partager cet article
Repost0
9 août 2019 5 09 /08 /août /2019 09:52
MERVEILLE

Quand les images de la terre défilent, même sur un petit écran, quand il nous est donné de pouvoir l’admirer, des déserts rougis aux sommets enneigés,  je me dit que sans aucun doute, le  mot merveille a dû être créé pour elle…

Partager cet article
Repost0
7 août 2019 3 07 /08 /août /2019 10:30
NOUS NE SOMMES QUE DES ELEMENTS IMPARFAITS

Arriver après onze heures de vol le même jour deux heures plus tard, signifie remonter le temps. Arriver le même jour que le départ, moins neuf heures, montre aussi que vous avez franchi, quelque part, une donnée du temps. C’est dire que votre vie n’a pas compté au moment T, ou ne s’est pas inscrite dans votre repère habituel. Le temps devient alors une évaluation aléatoire, une mesure conventionnelle, défini par des dates, des heures, des repères bien précis dans un calendrier. L’effort que vous devez faire pour en comprendre le cours confirme qu’il n’est qu’un élément de plus pour se repérer dans l’infini parfait d’un monde où nous ne sommes que des éléments imparfaits.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2019 3 26 /06 /juin /2019 05:56
LA TETE À L'ENVERS

 

Savoir que l’on va découvrir quelque chose quand votre pays dort c’est un peu comme vivre la tête à l’envers et pour une fois avoir le droit de le faire. Et c’est assez jouissif de penser que vous travaillez pendant que tout le monde dort ailleurs, qu’il fait nuit sans doute là-bas, les gens sont couchés et vous êtes là, bien tranquille, à noircir des pages à la clarté du soleil…

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 13:23
À PART QUELQUES RIDES

Et puis l’on croise un visage que l’on n’a pas vu depuis…Depuis combien de temps déjà ?

On ne sait plus, tout occupés à sauter sur les vagues du temps. Presque rien n’a changé, à part quelques rides, quelques marques de plus, les traces des souvenirs des jours et des nuits à battre le pavé de l’indicible vie... Les saisons qui défilent sans doute aussi, témoins de notre passage sur des terres lointaines ou si proches, peu importe…Derrière ces marques comme des signes, imperceptible et constant, ce même souffle venu du fond de l’âme, indestructible, comme une empreinte indélébile, qui nous fait reconnaître cet homme ou cette femme derrière tout ce qui change… 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2018 5 10 /08 /août /2018 09:42
Carole Zillberstein, en exposition au Garage à Ramatuelle avec d'autres artistes.
Carole Zillberstein, en exposition au Garage à Ramatuelle avec d'autres artistes.Carole Zillberstein, en exposition au Garage à Ramatuelle avec d'autres artistes.

Carole Zillberstein, en exposition au Garage à Ramatuelle avec d'autres artistes.

Je me suis arrêtée par hasard, dans un atelier où exposait une artiste peintre. Soudain attirée par un panneau de bois, qui était en fait, un plateau de table décoré par des fleurs légères, rose et blanches, dont se dégageait quelque chose de particulier que je n’identifiais pas, elle me raconta qu’en Indonésie, assise à la terrasse d’un café, elle a assisté à un spectacle extraordinaire : la pluie s’est mise à tomber, une pluie violente, drue comme dans les pays tropicaux. Et là, juste devant elle, des fleurs de lotus se courbaient et se relevaient dans un bal gracieux et rythmé pour vider, chacune leur tour, l’eau de leurs pétales. « C’était un moment magique, un des plus beaux moments de ma vie. Un moment de grâce. » 

Et la magie de l’instant était intacte, révélée dans le pastel, subtil au point de pouvoir la communiquer à celui qui le regarde, qui en devient, lui aussi, touché par ce moment de grâce…

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 14:16
éclaircie

Les portes claquent, après le ticket engouffré ou le passe Navigo glissé rapidement, elles se referment en vitesse, vous vous précipitez dans les couloirs, le métro arrive, les portes s’ouvrent et se referment, vous êtes à l’intérieur face aux autres voyageurs. Il s’arrête, à nouveau les couloirs, les coudes et les panneaux publicitaires ou affiches, la foule qui avance parfois à contre-courant, vite toujours, soucieuse, regard souvent baissé, le gris du sol vous entre directement dans les yeux, et soudain, soudain, là-bas, au détour d’un couloir, vous percevez le son d’un violon, une mélodie de Mozart et l’éclaircie vous surprend, le rayon vous traverse même avant de le voir, vous vous laissez bercer dans cette douce sensation, vous vous échappez, soudain vous êtes heureux, voguant sur les notes jusqu’aux musiciens qui jouent pour vous, sans autre retour que votre joie. Et ça, ça ne se compte pas…

Partager cet article
Repost0
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 14:37

Vient toujours le moment où l’on se demande pourquoi l’on écrit ? Est-ce que ce que l’on raconte va intéresser quelqu’un ? Bien sûr vous avez pensé arrêter, vous occuper d’autre chose, et puis il y a la vie qui continue avec ses chroniques journalières.  Il y a le son d’une musique dans la rue que l’on entend soudain, en se demandant ce qui va apparaître, un petit orchestre qui déambule dans la rue, et vous vous demandez : combien de musiciens, quels instruments ? Vous patientez, vous tendez l’oreille, vous vous hissez sur vos pieds pour guetter et pour finalement vous apercevoir qu’il s’agit d’un chariot qui bringuebale sur les pavés, poussé par un homme qui en joue, mais cela vous ravit, vous enthousiasme, vous transporte,  et vous avez envie de le partager, comme les autres bruits de la rue ce soir du 31 janvier, une conversation amoureuse sur un portable, les rires étouffés de ces amies qui s’amusent, et tous les autres sons de la ville que vous traversez en marchant tranquillement, un soir de pleine lune extraordinaire, en scrutant votre vie ordinaire ….

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 10:05

 

S’assoir par hasard à coté de quelqu’un, quelqu’une à dire vrai, qui sent la violette dans le métro un vendredi soir quand il est bondé, relève sans doute d’un moment privilégié. Aussi me prend l’envie de le déclarer tout de go à cette jeune femme. Je me tourne vers elle. Elle me regarde aussi. Bien sûr je ne dis rien. Mais derrière son sourire s’exhale plus fort le parfum des violettes qui fleurissent derrière elle, là, dans le champ des sourires...

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 14:56

Parfois, quand je vois un(e) inconnu(e) sur un banc, j’ai envie de m’asseoir à côté et de lui raconter ma vie, ou une de ses pages, tout simplement. Je lui parlerais à bâtons rompus. Il  (elle) m’écouterait et me répondrait. Il me semble que la parole, alors débarrassée de tout passé et de toute convention, redeviendrait en quelque sorte  vierge, dans sa nudité première.

Et je passe mon chemin…Et j’écris une page…

 

 

Discours avec un(e) inconnu(e)
Partager cet article
Repost0