Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 10:29

J’entends beaucoup d’échos contradictoires, de messages de grand espoir en même temps que d’espoir et de haine contre les uns ou les autres, comme chaque fois que la peur et la frustration que l’on ne pense pas mériter se déchainent. Faire le tri sans doute. Et dire : qu’il n’y a rien pour rien, que ce qui arrive était sans doute inscrit. Fatalisme ? Peut-être.

Espoir que les choses changent enfin, que les êtres humains évoluent vers le mieux, et le mieux n’est plus associé seulement aux biens matériels mais au mieux de l’être. Être bien dans la nature, être bien avec les siens, être bien avec les autres, être bien. Bien sûr il n’y a pas de bonheur constant, comme une ligne droite, il ne peut qu’être fugace, comme tout, soumis aux variations de l’univers, comme nous en faisons tous partie, cet univers en mouvement, en transformation constante, et bien avec soi-même puisque l’on nous demande d’entrer au plus profond de notre être, la plupart du temps seuls, et bien seuls, et y retrouver l’essentiel. 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 10:27
Vieillirons-nous ensemble 

Vieillirons-nous ensemble 

à l’automne de nos vies

quand les parcours seuls

se seront alanguis

quand chacun 

de côté

nous aurons épuisé`

les routes hérissées 

des aventures sans fin ?

Vieillirons-nous ensemble

fatigués

de nos portes fermées

ou avides encore

de moments si subtils

partage de ces jours

qui respirent les senteurs

de l’amour ?

Aurons-nous épuré

la présence des morts

enfin amadouée

les traces des discours

pour toujours immuables

paroles qui défilent

dans le vent 

fou ?

Vieillirons nous ensemble 

saurons-nous retrouver

les soirs assez paisibles

devant la cheminée

où se prélassait, tendre

le mot sérénité ?

Quand la sagesse enfin

comblera nos attentes

et de sa voix tranquille

caressera nos bouches

assouvies de désir

Vieillirons nous ensemble 

quand nos cœurs fatigués

de nos corps crieront grâce

quand nos corps épuisés

de nos cœurs 

crieront grâce…

 

 

 

 (octobre 2019)

Partager cet article
Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 10:23
Il est temps...

Il est temps

de regarder le ciel

bleu

courir sous les nuages

Il est temps

de voir que le soleil

signe

les élans de la terre

Il est temps

de plonger dans les yeux

clairs

d’un sourire capté

Il est temps

de contempler la voie

unique

une en ses multitudes

Il est temps

de chasser les démons

issus 

de l’invisible peur

Il est temps

d’honorer tous les vents

contraires

témoins et solidaires

Il est temps

de goûter l’océan

amoureux

des caprices des mers

Il est temps

de retrouver enfin

le sens

de la joie essentielle.


 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 10:01
La veille de la lune rose, où ciel et terre semblent se confondre...

La veille de la lune rose, où ciel et terre semblent se confondre...

Je ne sais plus quoi dire... Le silence s’impose quand tant de colère gronde, que les vivants se battent contre l’ennemi aveugle qui frappe sans compter les corps qui sont livrés. Pouvait-on le prévoir ? Pouvait-on le semer ? Tant de questions uniques qui restent sans réponse. L’avenir nous dira. Pour peu que l’on respire le nouvel air qui danse, pour peu que l’on écoute la terre délivrée, elle qui demandait, elle qui réclamait et que l’on n’écoutait jamais. Elle nous demandait les efforts de gré, elle nous les prend, de force. Pourvu que l’on se prenne d’amour décuplé pour sa diversité, sa générosité. Pourvu que l’on se tourne vers l’humain l’autre frère, que l’on se doit d’aimer, même s’il est danger. Pourvu qu’à l’avenir, unis et solidaires, nous nous en souvenions, et consentions d’une voix, unique dans le sens, nous soyons victorieux, aux portes d’une nouvelle existence…

 

Voici le dernier article que je n’avais pas partagé. Mais le matin de la lune rose, j’ai trouvé un oiseau mort au coin d'une fenêtre, la tête sur mon paquet de cigarettes. Nous avons essayé de la ranimer, en vain. Son œil s’est définitivement fermé. J’ai d’abord cru que c’était une hirondelle, parce qu’elle était noire et blanche, mais c’était sans doute une mésange, qui me rappelle ma mère. Mon paquet de cigarettes est synonyme d’écriture, je ne peux écrire sans fumer. Bien sûr je me pose la question de savoir de quel signe il s’agit parce que je ne doute pas qu’il en est un. Deux sens étaient possibles : soit on me dit d’arrêter complètement, soit on me dit que je dois continuer, ne plus douter en me disant que cela ne sert à rien. Je choisis de continuer, et ce premier article en est le début.


 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 09:59
Parution d'un nouveau roman "Exilés"

 

 

Le nouveau roman

Exilés

paraitra aux éditions Unicité le 23 janvier.

Une prochaine rencontre aura lieu

Le 29 janvier 2020 à partir de 18 heures

À L’espace Christiane Peugeot

62, avenue de la Grande Armée

75017 PARIS

(Métro Argentine, Ligne 1)

 

 

 

« Au cœur d’un petit hameau de la Drôme, quelques habitants qui ont noué des relations d’amitié dans une vie en dehors de la société se trouvent confrontés à un crime. L’arrivée d’un écrivain puis de sa compagne va venir bouleverser ces « exilés », qui aiment se retrouver, tous partageant une existence sans trop d’histoires. Des tensions s’installent, les relations changent, et l’on assiste à un véritable bouleversement qui jalonne cette recherche du coupable dans un thriller où se mêle le surnaturel. »

 

Editions Unicité : http://www.editions-unicite.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2019 1 02 /09 /septembre /2019 09:40
Les flambeaux du soleil

 

Les flambeaux du soleil

s’exilent au creux des arbres

décalent le doré

sous les arches des ponts

pour allumer soudain

l’aquarelle des nuages

gris 

 

Devant les quais s’exercent 

les bouches impatientes

les chants ne sont pas rares

en ce soir de juin

Ils sont nombreux, assis

ils boivent à la vie

Le rouge s’est surpris

à couler dans les verres

et les yeux qui pétillent

ensemble se confondent

aux reflets de la Seine

qui traîne

et songe…

 

La guitare se cogne

sur les doigts impatients

les regards s’envolent

de ce soir en folie

Ils sont nombreux et suivent

leurs paroles et leurs yeux

ou ils sont deux seulement

à se regarder vivre

sans poser une main

impatients ils s’enivrent

de cet instant subtil

La fête était 

une île…

 

Extrait de "Au delà des sens", ed. Unicité

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
27 août 2019 2 27 /08 /août /2019 10:01

Si le courant te porte, les vagues sont tes alliées.

Partager cet article
Repost0
17 août 2019 6 17 /08 /août /2019 08:46
DISPARITION SOUDAINE

M’avait-il bâillonnée

enfermée dans les mots

qu’il avait prodigués ?

M’avait-il enlevé

toute envie de franchir

ces couloirs infinis

du désir de tracer

le passant de ces lignes ?

M‘avait-il infligé 

cette peine 

de ne plus oser

dire ?

M’avait-il entravée

coulant à contre-flots

de l’émotion subtile

innocente

prétextant

la coupure de l’absence ?

Le lien que nous tenions 

si fort entre nous deux

entre mots de l’amour

ou ses déceptions

s’est-il ainsi rompu

au point de me saigner

à jamais des syllabes

en inscrivant le point

comme ultime signal ?

Suspendue dans le fond

de l’âme

à balbutier soudain

pire que des enfants

qui ne trouvent plus les mots

qui se chassent pour un temps

du paradis des sons

surprenante perdition

orage et cataclysme 

les lèvres se sont fendues

M’aurait-il bâillonné 

Dans un soudain éclair

touchée par le tonnerre

d'une flèche blessante

m’entraînant dans la tombe

invisible prison

des amours perdus…

 

Partager cet article
Repost0
14 août 2019 3 14 /08 /août /2019 10:58

Les poésies sont parfois comme des fleurs qui s’ouvrent dans le cœur….

Partager cet article
Repost0
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 10:57
 AU PRESENT

Il arrive parfois

que l’on s’envole un temps

hors de notre présent

Les souvenirs qui hantent

ou l'avenir qui chante

le jour s’y perdrait

à secouer la tête

pour dire oui

pour dire non

à chercher le parfait

Les hommes sont ainsi faits…

Partager cet article
Repost0